Menu:

Recherche:



Les plus lus:


Sites medsource.fr


Mononucléose infectieuse

La mononucléose est une pathologie courante et généralement bénigne provoquée par le virus Epstein-Barr. La maladie est souvent désignée sous le terme de "maladie du baiser" en raison de sa transmission par la salive. La maladie peut apparaître à tous les âges de la vie, mais l'enfance et l'adolescence sont des périodes particulièrement à risque. Lorsqu'elle survient avant la puberté, la mononucléose passe inaperçue dans la majorité des cas. A l'adolescence la maladie peut entraîner des complications plus sérieuses et une convalescence de longue durée.

Pourquoi parle-t-on de mononucléose ?

Le terme mononucléose est formé des racines mono (unique/ seul) et nucleus ( noyau). Il renvoie ainsi au fait que la maladie provoque une prolifération de lymphocytes (globules blancs) à un seul noyau.

Causes

La mononucléose est une maladie provoquée par un virus de la famille de l'herpès appelé virus Epstein-Barr -du nom de ses découvreurs. Le virus Epstein-Barr est un virus courant (près de 90% des adultes sont porteurs du virus à l'âge de 40 ans). Les virus de la famille de l'herpès (parmi lesquels on retrouve les virus responsables de l'herpès génital ou buccal, de la varicelle et du zona ) sont reconnus et combattus par l'organisme. Ils considérés comme étant peu dangereux. La mononucléose n'apparait qu'une fois au cours de la vie, à la suite de la première infection par le virus Epstein-Barr. Au cours de la maladie, le corps va "apprendre" à combattre le virus et celui-ci va demeurer en sommeil jusqu'à la fin de la vie.

Symptômes

L'intensité des symptômes varie considérablement d'un individu à l'autre. L'âge est un facteur déterminant de la sévérité de la maladie : si la mononucléose chez l'enfant passe généralement inapercue, chez l'adolescent et l'adulte la mononucléose peut se manifester par une fatigue intense (cas le plus fréquent) et des complications plus sérieuses (cas relativement rares).

Parmi les symptomes les plus fréquents signalant la maladie, on retrouve :

Fatigue : l'épuisement est le signe le plus fréquent de la maladie. Le patient se sent faible, sans force, pour une période allant de quelques semaines à plusieurs mois.

Maux de gorge: l'infection par le virus entraine fréquemment des maux de gorge. La mononucléose favorise, en outre, la survenue d'infections responsables d'angines blanches.

Ganglions enflés : la réaction à l'infection entraine un gonflement sensible de l'ensemble des ganglions du corps.

Gonflement de la rate : la rate est un organe responsable de la filtration du sang notamment de l'élimination des lymphocytes (globules blancs). L'augmentation du nombre de globules blancs dans l'organisme va engorger la rate et la rendre plus vulnérable face aux chocs avec un risque plus élevé de rupture.



Évolution

On estime qu'il s'écoule entre 1 et 2 mois entre l'entrée du virus dans l'organisme et l'apparition des premiers symptômes. Il s'agit de la période d’incubation du virus. La phase aigüe de la maladie, au cours de laquelle les symptômes sont les plus intenses, dure généralement de 15 jours à un mois. Les symptômes vont ensuite régresser jusqu'à disparaître au cours d'une période allant de 3 à 12 mois. Le corps apprend à lutter contre le virus et bloquer sa réplication (le virus ne se multiplie plus au sein de l'organisme), mais ne l'élimine pas entièrement. Le virus demeure dans l'organisme (au sein de certains ganglions) pour le reste de la vie sans entraîner de risque de rechute. La mononucléose guérit spontanément sans complications sérieuses dans l'extrême majorité des cas.

Contagion

Le virus Epstein-Barr est un virus considéré comme contagieux (facilement transmissible) . Il se transmet principalement par la salive. C'est pour cela que l'on désigne souvent la mononucléose comme la maladie du baiser. Les personnes infectées sont contagieuses dès les premiers jours de la contamination, avant même l'apparition des premiers symptômes. Cependant, la contagiosité – le risque d'infecter un individu non contaminé- varie fortement en fonction de la quantité de virus circulant au sein de l'organisme : plus la quantité de virus est importante, plus l'individu est contagieux. Le malade sera donc particulièrement à risque de transmettre le virus en phase aiguë de la maladie – période correspondant à l'apparition des premiers symptômes.

Complications

Si la mononucléose est une pathologie considérée comme bénigne et si le risque de complications est faible - la maladie se déroule sans complications dans plus de 95% des cas -, ce risque justifie une surveillance sérieuse et une vigilance du patient.
(Lire la suite: Complications Traitement)